Le Flog - Cultures et actualités politiques

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Cinétoile au jardin : Frères des arbres, l'appel d'un chef papou


"J’ai posé mes pieds sur vos terres pour prévenir la planète : lorsque tous les arbres aurons disparu, les hommes disparaitront à leur tour…"
Chef papou originaire de la tribu des Hulis en Papouasie-Nouvelle-Guinée, Mundiya Kepanga est une voix de la forêt qui pose un regard plein de poésie, d’humour et de philosophie sur la nature et les arbres. En partageant avec nous la prophétie de ses ancêtres, il nous alerte sur la situation de sa forêt primaire et le drame de la déforestation. Un message qui nous interroge sur l’avenir de l’Humanité, en nous rappelant que nous sommes, tous, les frères des arbres."

1er septembre 2017 Jardin des Bains douches, Place Ferdinand Buisson, gratuit, à partir de 7 ans !

19h30 Auberge espagnole
20h30 Projection du documentaire Frères des arbres
21h30  Echanges/débat : "D'autres mondes, notre monde"

Des mots dans les arbres, 2 ème édition !


L’association Philosphères, en partenariat avec le Petit Grain, café associatif de Yakafaucon, propose trois après-midi et une soirée festifs sur la Place Dormoy à Bordeaux les 19, 20 et 21 juillet, puis un après-midi à Luglon (40) le 29 juillet ! Cet événement est organisé dans le cadre et avec le soutien de la manifestation nationale Partir en livre.
Toutes les infos ici !


L'équarisseur

D'où sortent-elles

ces lourdes silhouettes rouille ?

Et qu'augurent-elles

immobiles et seules

percées de trous polis ?

Le commandeur public a dit : "nous en prendrons vingt" !

Et lui serrant la main

clignant de l’œil

l'artiste a ricané.

D'un moule il a formé une vingtaine de corps.

C'est l'homme universel

dur et sec, métalleux

la carcasse recouverte d'un antioxydant.

Respirer lui serait fatal.

Planté sur le béton comme on empale les morts

il figure les humains,

prisonniers dans les villes.

Son sexe calibré ne bande pas.

Il pend.

L'homme ne marche plus : il stationne.

Il pose. Il guette le "garde-à-vous !".

Quelques toujours-vivants

ont tenté de le rendre singulier,

de lui accorder une trace de caractère,

aumône d’humanité.

Ici écharpe, ici peinture, là un collier, perles plastique.

Le marchand d'art bientôt

ou bien le policier

le citoyen zélé

ou peut-être un enfant

viendront lui retirer

ces attributs discriminants.

C'est l'homme générique.

Il envahit la ville.

Il brise l'imaginaire de ses membres de fer.

Il annonce l'arrivée de cargaisons hurlantes

de wagons déchirant

Touraine et Poitou

Charentes et Gironde.

Et jusqu'aux Pyrénées ! promet l'aménageur.

Équarrisseur du temps

il ovationne le monstre.

Partout pourtant

il efface l'unique.

Il rend l'homme superflu.

C'est lui, le métalleux,

qui les regarde sortir,

vomis par les grands trains sur un plateau d’échecs

simples pions en transit.

Interchangeables.

C'est lui, le métalleux,

qui les regarde sortir,

Témoin du sacrifice

des hommes

aux machines.

Célébrer la naissance

En hommage à Frédéric Leboyer, décédé le 25 mai 2017 à l'âge de 98 ans, ses lignes magnifiques, si justes, sur l'enfantement.

L'onde et le vent
Et pratiquement ? Car sont à bannir les mots et leur vanité - illusions, vaines promesses -s'ils ne peuvent se traduire en actes.
Comment traverser la tempête, danser avec les vagues, exulter de joie et toucher, saine et sauve, au port ? Rien n'est plus simple. Si tant est que la simplicité soit simple.

Or, donc, écoutez bien!

Une tempête...
Et vous, tout a la fois, le frêle esquif, le capitaine.
Vous n'avez pas oublié ?
Avant tout, ne pas fuir,
Faire face.

Demeurer sur le pont.
Ce qui veut dire ?
Etre consciente.
Mais encore ?
Garder les yeux ou verts.
Fermez les yeux et vous voila perdue.
Par ce seul fait que les sensations
s'en trouvent multipliées, deviennent immenses,
hors de toute proportion,
comme des ombres effrayantes projetées sur un mur.
Les yeux fermés, vous voici débordée
et votre malheureux navire bientôt englouti.
Les yeux ouverts, oui,
sans que pourtant jamais le regard ne se fixe sur ceci ou cela.
Jamais, en tout cas, sur telle image apparue sur le mur.
Si le regard se fixe, 1'attention perd sa mobilité, sa liberté,
se voit contrainte, restreinte,
et vous enferme à 1'extérieur,
vous laissant ignorer ce qui se passe a l’intérieur.
Cette concentration qui tient votre attention
éloignée de ce qui souffre, qui est une distraction,
peut faire en effet que vous ne sentiez rien.
Mais à présent que vous savez,
comment pourriez-vous faire effort pour ne rien voir
et tout manquer du voyage ?
Les yeux ouverts, donc,
mais le regard tourné vers le dedans.
Cela, c'est l’attention: aussi alerte, vive et riche
que la concentration est pauvre, étroite,
pour ne pas dire aveugle.

Qu'est-ce donc, avant tout, qui permet au navire
d'affronter la tempête ?
Son mat.
Or donc il vous faut un mat solide.

Ce qui ne veut pas dire dur, raide, rigide.
Ce mât ?
C'est votre dos. Et la colonne vertébrale, son axe.
Ce dos, il le faut capable de plier, de suivre, d'épouser
ce que voudront les vagues.
Pour ployer, il faut de fortes racines.
Et qu'il soit, ce dos, libre, vivant,
sensible, intelligent.

A quoi sert un mât
sinon à supporter les voiles ?
Lesquelles gonflées par le vent
animent la marche du navire.
Le vent ?
Le souffle.
Et voila que nous le retrouvons,
ce vent qui est au cœur de la tempête.
Quoique lui étant lié, le souffle
n'est pas la respiration.
Et pas plus n'est-ce votre souffle.
Si respirer dépendait de votre attention,
il y a beau temps que vous seriez morte.
Le souffle est un lien avec une dimension autre, qui vous dépasse.
Mais vous pouvez en jouer, le ralentir, l’amplifier.
Imaginez-le comme une monture, dont vous seriez le cavalier.
Mais attention, modifier le souffle
comporte de graves dangers.
C'est tout un art,
qui doit s'apprendre de quelqu'un.
Quelqu'un qui soit suffisamment présent pour vous conduire :
pour vous aider a vous ouvrir sans vous laisser vous perdre.
Sans risquer de vous égarer, tachons de vous en dire 1'essentiel.

Une fois encore, commençons par voir ce qu'il ne faut pas faire. On dit aux femmes, pendant 1'enfantement: Respirez! Respirez!
Malheureusement, on ne leur dit pas comment. Et, respirant n'importe comment, on les voit s'époumoner, s'essouffler, on les retrouve bientôt hors d'haleine, épuisées, affolées. Respirer ? Certes.
Mais comment?
Qu'enseignent les innombrables écoles d'accouchement sans douleur ? Égarées par des notions superficielles, elles conseillent aux femmes d'inspirer profondément
pour emmagasiner le plus possible d'oxygène, et les font inspirer avec la poitrine afin de ne pas gêner 1'enfant qui se trouve dans le ventre. Hélas ! Il faut faire tout le contraire. Les maîtres de yoga, les maîtres d'arts martiaux, les maîtres de zen,
et 1'expérience montre combien leur savoir est profond, tous mettent 1'accent sur 1'expiration
et insistent pour qu'elle se fasse à partir du ventre.
Vous connaissez maintenant le secret. Vous voyez comme il est simple: une expiration lente, prolongée, légère, douce, harmonieuse.

Au reste, n'importe qui peut en faire 1'expérience:
inspirer une grande quantité d'oxygène en gonflant la poitrine,
en tirant sur les muscles du cou et en faisant monter les épaules
n'a jamais produit un état plaisant, confortable.
Cela ne fait qu'aggraver les tensions.

« Le souffle maîtrisé est doux, léger comme un soupir d'enfant,
comme ces soupirs que l’on pousse
dans les rêves. »
Quel est le secret de ce souffle parfait,
de cette expiration longue, douce, prolongée, légère,
qui pourtant est forte,
mais bienfaisante comme un soupir ?
C'est d'être accompagnée d'un son.
Respirer est un acte purement mécanique.
Parler, c'est faire que la respiration devienne
porteuse d'un sens, d'un message.
C'est communiquer avec ses semblables.
Quand la respiration devient son,
quand elle se fait chant,
elle devient musicale.
Elle devient communication avec une autre dimension.
Orphée dompte les bêtes sauvages par sa musique.
Plus exactement, par son chant, accorde aux sons de sa lyre.
Ces « bêtes sauvages », ces furieux élans,
ces vagues que vous sentez monter a 1'assaut,
vous pouvez, comme Orphée, les dompter.
Simplement par le chant.
Ce son, donc, qui accompagne l’expiration,
qui la matérialise et la transforme,
doit être harmonieux, plaisant a 1'oreille,
musical.
Sa beauté est gage de sa justesse.
Or ce son est différent pour chaque femme.

Loin de vous 1'imposer comme étant le son juste,
le maître vous 1'a fait retrouver.
Car il était en vous.
Simplement, il dormait.
Le maître 1'a réveille, vous 1'a fait reconnaître.
Puis vous a simplement aidée a le faire croître,
à le laisser prendre son envoi.

Quand cette expiration a commence de grandir,
de s'allonger, de s'affermir, s'enracinant dans votre ventre,
prenant de plus en plus la haute main sur 1'inspiration,
une force calme, profonde, a commence de se manifester.
Et bientôt, avec elle, vous voyez apparaître
un rythme.
Mais attention!
Tout cela doit se faire de soi-même.
Expiration-inspiration ont trouve un rapport juste, harmonieux.
Et, avec cette force, vous commencez à goûter
la joie.

Mais à nouveau, pratiquement, qu'en est-il
pendant le travail, pendant la traversée de la tempête ?
Une contraction commence, une vague arrive.
Vous n'avez pas oublié ?
Vous ne sauriez combattre la tempête.
Vous 1'acceptez, vous vous soumettez a elle.
Et, pareillement, vous acceptez la contraction,
la vague,
ce qui veut dire que vous respirez avec elle.
Au lieu de bloquer votre respiration,
ce qui serait 1'expression de votre refus,
vous coulez avec la vague, vous vous coulez en elle
en expirant.


Vous avez bien entendu ? Tout commence par une expiration qui s'est faite avec le ventre, sans même que la poitrine ait inspire d'air. II faut faire, en somme, tout le contraire de ce que vous feriez spontanément. La tendance, en effet, serait d'inspirer, d'emmagasiner l’air dans la poitrine pour le rejeter ensuite brutalement, rejetant ainsi symboliquement cette contraction, cette sensation que vous jugez douloureuse. Et cette brusque, cette brutale expiration faite avec la poitrine, qu'est-ce d'autre qu'un cri! Certes, le cri, dans une certaine mesure, va dans la bonne direction: c'est une expiration. Et il soulage.
Un peu. A vrai dire, très peu.
Au point qu'il reprend bientôt pour ne plus s'arrêter. Le cri, en effet, ne vous permet ni de vous emplir ni de vous vider complètement. II est manifestation d'aveuglement, d'impatience.

Quand donc vient la contraction, vous expirez avec elle.
Et votre expiration vous conduit au bout de la vague.
Vous voici vide, au creux de la vague.
Un creux, en vérité, effrayant.
Un vide sans fond s'est entrouvert.
L abîme semble vouloir vous aspirer.
C'est la que se montre tout le bienfait du travail
qu'avant 1'accouchement vous aurez fait
avec le souffle, avec le son.
Vous vous êtes familiarisée avec ce vide.

Vous l’avez, depuis longtemps, rencontre
à la fin de chaque expiration.
Vous en connaissez la saveur.
Vous n'en avez plus peur. Au contraire.
Vous en avez déjà goûté la grande paix, la tranquillité.
Aussi vous y demeurez calmement.
D'autant que, vous le savez, quelque chose va arriver.
Et ce quelque chose est une inspiration
qui, certes, n'a plus rien a voir avec le cri.
C'est une inspiration qui commence dans le ventre.
Qui, certes, emplira la poitrine, mais en dernier.
Cette inspiration qui vient d'en bas, qui vient du ventre,
vous surprend autant par sa lenteur que par sa plénitude.
Elle est passive. Vous n'avez rien a lui ajouter.
Elle vient comme une réponse naturelle
a la longue expiration qui 1'a précédée.
Et comme elle est donc lente, majestueuse, vaste!
Elle vous fait vous sentir immense,
parce que la lenteur même de 1'expiration qui l’a précédée
vous avait entièrement détendue, vous avait ouverte,
ouverte a cette vague de plénitude, de force, de joie.
Tout le contraire du cri, vous le voyez,
qui, bref, brutal, tentait de rejeter, de refuser.
Avec cette inspiration immense vous prenez,
vous absorbez la vague,
et, avec elle, toute sa joyeuse énergie.

Le miracle c'est qu'a nouveau un rythme,
une harmonie sont apparus.
Tout comme expiration-inspiration avaient fini
par former un couple,
unies l'une à l'autre par cette nécessité absolue qu'est le rythme
au point que ces deux ne faisaient plus qu'un,
voici qu'à présent respirations contractions s'accordent,
s'harmonisent.

Et des lors... trois ne font plus qu'un:
expiration, inspiration, contraction,
tout cela coule ensemble.
Tout est véritablement, à présent, comme une danse.
Qu'importe maintenant si la tempête s'enfle,
si la vague vous porte tout en haut,
si elle vous entraîne tout en bas.
Vous ne souhaitez qu'une chose :
encore plus haut!
Encore plus bas!
tant vous vous sentez pénétrée par 1'ivresse.
Maintenant, oui, vous jouez,
vous dansez avec la tempête.
Quant a ce son qui sort de vous,
vous le reconnaissez ?
C'est bien le gémissement qui dit que vous approchez
de 1'extase.

Le travail est terminé.
L enfant n'est pas ne mais vous le sentez la, tout proche.
La rade est grande ouverte.
Le vaisseau n'a plus qu'a entrer au port.
Pourtant le vent s'est tu, les vagues se sont calmées.
C'est un calme trompeur.
Vous sentez bien que le monstre est proche, qu'il rode,
que la tempête ne fait qu'amasser en silence
les énergies nouvelles qui vont emporter la citadelle,
porter 1'enfant jusqu'au rivage.
Mais vous n'avez plus peur.
Recueillie, vous attendez.
Au reste, ce calme, ce silence, vous 1'avez reconnu.
Vous savez qu'il est comme ce point d'orgue
qui dans l'amour précède le déferlement de la joie.
Aussi ne permettez-vous a personne de vous troubler,
de vous bousculer.
Simplement, vous êtes là.

Et quand reviennent, plus gigantesques que jamais, les vagues, en expirant, en vous vidant, vous coulez avec afin de vous offrir toute à 1'inspiration qui suit et va vous emporter, finalement, vous et l’enfant, au sommet de 1'extase.

« Poussez ! Poussez comme pour aller a la selle !
Poussez comme pour faire caca ! »
Que plus jamais on n'entende ça !
Certes, poussez par en bas et non avec la poitrine.
Mais « aller à la selle, faire caca »...
à ce moment-la!
Supporteriez-vous, de votre amant, ces mots-là ?

« Prenez de 1'air! Poussez ! Poussez !
Prenez de l’air avec la poitrine ! Bloquez !
Et maintenant, allez ! Allez ! Poussez ! Poussez ! »
Cela, qu'on ne 1'entende plus jamais non plus !
Inspirer avec la poitrine, bloquer :
tout le contraire, maintenant vous le savez, de ce qu'il faut faire.
Quand on a vu ces malheureuses se remplissant, se gonflant,
retenant tant bien que mal 1'air amasse dans leur poitrine,
poussant, hélas, bien en vain,
quand on les a vues congestionnées, près d'éclater,
le visage rouge, tuméfié
et qui va bientôt tourner au bleu,
les yeux injectes de sang,
quand on a saisi, dans leur regard, 1'angoisse
de sentir combien leurs efforts sont futiles et vains,
alors on a grand-pitié d'elles.
On sait que, comme cela, jamais 1'enfant ne passera.
C'est qu'il s'agit non pas de faire effort,
mais de s'ouvrir.

Ah, qui comprend donc
le non-agir!
Lao-Tseu ne dit-il pas:
« Tenter de s'emplir a ras bords,
se gonfler, se raidir ? Jamais !
Au contraire, s'arrêter à temps.
Qui donc comprend
que le secret de la Vote
c'est le vide! »

Actif, passif, yang, yin, masculin, féminin, expirer, inspirer, donner, prendre.
Expirer c'est donner.
C'est, vous le sentez bien, le temps actif...
comme dans parler, chanter.
Inspirer, qui est prendre,
est passif, féminin.

Ici, expirer a pris la haute main. Expirer mène la danse. Inspirer ne fait que suivre.
Ce ne seront, finalement, qu'expirations menant au vide. Un vide qui déborde tant il est plein. Triomphe du yang, du masculin.
Yang: ainsi s'accomplit la jeune fille.
Elle ne savait que prendre.
Devenue mère elle ne connaît plus, comme la terre,
que le don.

Frédéric Leboyer, Célébrer la naissance, Seuil, 2007

Les Cinétoiles s'attaquent au pouvoir

Les Cinétoiles de Philosphères, première ! C'est quoi un secret ?

Philosphères propose des ciné'philo itinérants à Bordeaux : toutes les informations sur la page des Cinétoiles !

Philo' au jardin : rendez-vous le 7 avril !

Printemps des poètes 2017

L'atelier d'écriture du Petit Grain et l'association Philosphères présentent une édition 2017 du Printemps des Poètes, sur la Place Dormoy. Occasion de fêter les cinq ans du café associatif où est né notre atelier d'écriture en 2013.
Au programme :
14/16 h : atelier collage poétique à la Prévert, pour adultes et enfants
16h45/18h15 : Lecture et musique avec DJ Sakré Koeur autour du thème de l'année : AFRIQUE(S)
Rendez-vous gratuit, ouvert à tous !

Un florilège de poèmes d'Afrique(s), dont voici quelques traces :

Soleil mon seul pays

par Marie Léontine Tsibinda Bilombo

Soleil
Soleil sans limites
Sans autre raison que de
Naître ou renaître

Soleil mon seul pays

À la seconde imminente
Quand la nuit cède l'espace à l'aube
Une frêle espérance saisit
La pesanteur des choses
Et ouvre à la matrice
Assaillie de doutes
L'irréfutable horizon de naître

Soleil
Soleil irremplaçable univers
Je viens au monde offrir
Les raisons de la maternité
Soleil amitié de Poto-Poto
Soleil solidarité de Bacongo
Soleil éternité de Moungali
Soleil eau violente et fraternelle

Soleil mon seul pays

Je viens en femme
En proie à l'avenir
Nommer les signes du soleil
Nommer la naissance de l'herbe
La naissance de l'arbre
La naissance du fleuve
Nommer les certitudes du griot
Je viens ô Malemba en femme solaire

Soleil mon seul pays

Mayombe moment de naissance
Nature quand tout commence
Le rire des phacos
La guerre des gorilles
Le swing des serpents à cornes
La loi des lions souverains
L'orgueil des limbas
L'orgueil des okoumés
L'égoïsme des familles
L'aurore de l'homme

Soleil mon seul pays

Soleil de sueur et d'espérance
Voici la houe
Voici la hache
Et commence la cognée
Civilisationnelle
Contre l'équilibre des choses
Contre l'étreinte des langues
Contre la symbiose des symboles
Contre le dialogue des mythes

Mayombe

Là-bas Kimpa-Vita debout
Sur le mont espérance
De ces temps cadenassés

Mayombe

Et déjà indocile
Le souffle kongo
Gravissant les collines du corps
Gravissant la falaise de l'avenir
Soleil mon seul pays

Soleil pays de résurrection

C'est un bien grand bonheur
Un vrai pari un pur défi
D'ébéniste du soleil
Que nos rêves arrivent encore
À illuminer nos rires
Nos racines nos rites
À conjurer la mort
À conjuguer l'amour
Ici ou ailleurs
Soleil soleil mon seul pays
Soleil soleil mon seul Congo
Soleil soleil O Canada !

in pas d'ici, pas d'ailleurs, Anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines, Ed. Voix d'encre, 2011



Mille ans

De Tanella Boni


Mille ans de terre

De peine et de boue

De gosses et de torchons.

Mille ans de casseroles de canaris

De couteaux de maïs.

Mille ans...mille ans

Ramasse-toi! Dresse-toi!

Refuse de t' engouffrer tête en bas

Dans la vase!

Sois fière comme un arbre.

in Labyrinthes, Editions Akpagnon, 1984




L'atelier collage poétique à la Prévert a réuni adultes et enfants : inspiration au rendez-vous !




Le fascime, fils du libéralisme et de la technique

A l'aube d'élections présidentielles à hauts risques, il nous semble urgent de lire Jacques Elllul et son texte de 1937 : "Le fascisme, fils du libéralisme" publié dans les Cahiers Jacques Ellul, 2003, n°1. Il contient une peinture saisissante de notre société, à ceci près que 80 ans de "progrès" technique  ont considérablement démultiplié la puissance de ce qu'il conviendrait d'appeler le technofascisme à venir." A moins que...

En voici un premier extrait.

"Le chef naît quand le fascisme est devenu nécessaire. Mussolini paraît lorsque les temps sont révolus et si ce n'était pas Mussolini, n'importe quel général ou industriel emporterait l'affaire. Le chef ne vient au monde que parce que la mentalité générale du public exige ce chef, réclame ce héros dans lequel elle veut s'incarner. Le fascisme n'est pas une création du chef mais le chef une création de la mentalité préfasciste.
Le chef est là en somme pour concrétiser des aspirations parfois encore inconnues de la foule - et c'est ce qu'il faudra comprendre lorsque je parlerai de la démagogie du fascisme. Il n'est pas question d'un homme qui veut un monde de telle façon et sur telle mesure - mais d'un homme qui s'applique à réunir en lui tous les lieux communs que la foule accepte, qui catalogue toutes les vertus que le public demande et qui, par là, prend un pouvoir, un ascendant sur lui. Un état d'esprit commun antérieur au fascisme est une condition sine qua non du fascisme. Il naît d'une certaine complexité du monde. Devant une situation de plus en plus difficile, la foule suit d'abord ceux que l'on a considérés jusqu'ici comme des chefs : les intellectuels. Or les intellectuels trahissent et les meilleurs d'entre eux peuvent dire tout au plus que les forces déclenchées sont tellement imprévues, tellement illimitées, il leur fait tellement défaut de précédents, qu'ils n'y comprennent pas grand'chose, que tout est à reprendre à la base et que pour le moment le chemin est obscur. La foule n'aime pas ces aveux d'impuissance et n'aime pas l'obscurité. Elle préfère des bateleurs qui lui disent peut-être le même aveu, mais enveloppé dans du papier d'argent. Et le fascisme a joué là-dessus : ne pouvant pas expliquer il s'est présenté comme une doctrine du désespoir. Là encore d'ailleurs il rejoint parfaitement l'état d'esprit du bourgeois moyen pour qui c'est une attitude très remarquable d'être désespéré. Seulement, alors que l'intellectuel de bonne qualité lui propose une raison véritable de désespérer, lui propose un désespoir de bonne qualité, en face on lui propose un désespoir romantique. Tout ce qui est précis fait peur parce qu'exigeant une recherche et une solution également précises ; ce qui est précis engage l'individu dans la mesure de sa précision.

Le fascisme, destiné à exprimer exactement le désir d'une foule, ne pouvait pas lui proposer une doctrine optimiste puisque cette foule était portée vers le pessimisme non seulement par goût du frisson mais encore par le sentiment de la crise latente ; il ne pouvait pas non plus lui exposer les raisons de désespérer : c'aurait été supposer que la foule pouvait comprendre et d'ailleurs il aurait fallu apporter des précisions désagréables. Alors, il s'est posé en doctrine pessimiste : « tout est perdu, sauf par le fascisme ; nous n'avons plus de foi dans les saints ni dans les apôtres, nous n'avons plus de fol dans le bonheur ni dans le salut ; tout va mal - et tout doit aller mal ; le bonheur matériel, faut laisser cela aux vils matérialistes, l'homme doit vivre d'idéal et non de pain ; tout déclin la culture et la civilisation, nous devons lutter cependant pour établir un ordre d'où soient bannies ces cultures et ces civilisations décadentes ». Et ça fait toujours plaisir de reconstruire un ordre sur des bases nouvelles, même si l'on ne sait pas très bien de quoi il s'agit, Mais alors nous devons prendre garde, devant l'importance de cette mentalité commune qui secrète le fascisme, que celui-ci est possible dans tous les pays : on ne peut pas dire que l'on ne supportera jamais en France cette oppression, ou qu'en Angleterre le fascisme est étranger aux traditions. Les éléments qui forment la mentalité préfasciste, comme le style Le Corbusier, se retrouvent identiques dans tous les pays.

Je n'insisterai pas plus sur ce phénomène de création de la mentalité préfasciste. Cette mentalité, comme je l'ai dit, tend à faire accepter un certain nombre de mesures autoritaires, car elle est une démission, et lorsque ces mesures autoritaires sont coordonnées et complétées, le fascisme est créé."

Photo : Coucher de soleil sur la Ferme de Richemont, par Florence Louis.

Powidoki : l'ultime chef d'oeuvre d'Andrzej Wajda

L'ange du cinéma polonais se promène encore parmi nous : le dernier film d'Andrzej Wajda sort en salle en France et sa force s'imprime dans nos yeux. Le film (dont le titre français Les fleurs bleues fait référence à une scène magnifique, bleu tranchant sur le cimetière de pierre) offre cette vision unique que le cinéaste porte sur son pays. Historien d'une Pologne martyre de la modernité, Wajda découvre les méandres de l'âme humaine : affres de la misère, grandeur de l'admiration, bassesse des compromissions, puissance de libération de l'art.

Powidoki, (le titre original) c'est la persistance rétinienne que l'artiste Władysław Strzeminski (1893-1952) conceptualisa : notre œil perçoit le monde et lui imprime sa couleur intérieure. C'est à cette vision que le peintre doit donner forme.

"Il s'agit d'une des premières et rares théories artistiques moderne qui prend en considération le mouvement de l'homme", écrit Laurence Kimmel (1). Wajda peint un homme singulier, modèle splendide d'intégrité face à une société où règne l'absurdité.

C'est bien Strzeminski en tant que personne singulière qui habite Les fleurs bleues : l'époux esseulé de l'artiste Katarzyna Kobro (1898/1951), le père d'une petite Nika qui emplit le film d'une dignité presque héroïque, le professeur adulé par une bande d'étudiants à la recherche de l'Art véritable. C'est lui que nous voyons tenir tête, jusqu'à la mort, à un système odieux où "si tu ne travailles pas, tu ne manges pas".  Mais plus qu'un film à charge contre le système soviétique, c'est un cri en faveur de la liberté quand elle reste l'unique rempart contre la dépersonnalisation.

1. Un article riche et éclairant sur Katarzyna Kobro et Władysław Strzemiński : Une théorie du pli moderne, par Laurence Kimmel sur le site Exporevue

- page 1 de 19